[ Nouveaux projets ]

 

©Stéphane Lessieux
©GilAngeloGazzoli

Les Voix de Violaine | PERFORMANCE

 

« Depuis mon premier roman, Jehanne, celle dont on dit qu’elle « entendait des voix », j’ai cherché comment donner à entendre les voix de mes personnages. Dans mon processus d’écriture, je travaille à voix haute pour mieux entendre sonner les voix. C’est ainsi que j’affine le texte, les mots, la ponctuation, jusqu’à tenir le bon rythme. Les voix que je crée, je les veux vivantes, incarnées, justes. Mes textes, bien qu’ils soient publiés en tant que romans, pourraient aussi bien relever du théâtre. Si je n’ai jusqu’à présent jamais écrit directement pour la scène, j’ai toujours souhaité que d’autres ou moi-même nous portions mes textes au plateau. Que mes voix écrites deviennent voix en scène a toujours été mon objectif : permettre à mes voix de papier d’être entendues. » V.B.

L’œuvre de Violaine Bérot permet une sorte d’aller-retour entre la terre et le ciel : les pieds dans la terre et la tête dans la poésie. Nous voulons tenter de transmettre cette double dimension, celle qui nous relie aux âmes comme aux bêtes, aux émotions comme aux langages. Son œuvre est aussi pleine de ce sous-texte si nécessaire à la langue du théâtre, pleine de creux et de trous, de non-dits et de filigranes. Tout cela donne corps, permet à la voix de devenir chair et à celui qui écoute de se sentir concerné : voix de femme, voix d’enfant, voix de frère ou de paysan, voix de mère, voix de père et voix de fée. Nous plongerons au cœur de l’œuvre de Violaine pour en extraire les voix à entendre et ainsi en faire un objet choral, polyphonique, à la croisée de la lecture, de la musique et du théâtre.

Avec Violaine Bérot : autrice et lectrice. Astrid Cathala : comédienne, chanteuse, metteur en scène et éditrice. Gil Angelo Gazzoli : musicien, compositeur, créateur sonore, artiste peintre.

Production : L’Œil du souffleur éditions et cie.
Co-productions et partenariats en cours : Occitanie Livre et Lecture, Les Bazis, La maison des écritures de Lombez, L’Estive – scène nationale de Foix et de l’Ariège, Le réseau des médiathèques d’Ariège, les librairies du département…

Les premières dates (en cours de construction)

Organisateur : Médiathèques du Couserans (09), Communautés de communes et ADECC dans le cadre des 24h du mot le 2 juillet 2022 à 1h du matin… dans la Chapelle du Calvaire à Castillon-en-Couserans.
Organisateur : Médiathèques du Couserans (09), Communautés de communes et ADECC, lycée, date à définir automne 2022.
Organisateur : Maison des Écritures de Lombez (32)
Accueil en résidence, sortie de résidence et une date à définir au théâtre de Samatan.
Organisateur : l’Estive – scène nationale de Foix et de l’Ariège (09), lieu et date à définir
Organisateur : Fondation Jan Michalsky (Suisse), accueil en résidence et représentation le 1er mars 2023. Plus représentation en librairie le 3 mars 2023.
Organisateur : Médiathèque de Massat (09), dans le cadre de la Nuit de la lecture le 21 janvier 2023.
Organisateur : les Bazis (09) accueil en résidence et date de représentation. Du 22 au 28 mai 2023.
En cours : Librairies de Saint-Girons, de Mazères et de Mirepoix, d’ici la fin de l’année.

Site de l’auteur Violaine Bérot : https://violaineberot.wordpress.com

Site Gil Angelo Gazzoli : https://gilangelogazzoli.fr

Visuel Orri ©GilAngeloGazzoli
logo rond sans cercle

Ensemble | COLLECTIF ORRI

Création concert

Les auteurs-compositeurs-interprètes du collectif ORRI nous invitent à une création métissée, issue de la rencontre de leurs univers respectifs. Depuis leur pays de cœur, l’Ariège, ils dialoguent avec les musiques d’Afrique, d’Europe ou d’Amérique et chantent des compositions mélodieuses aux sonorités jazz, groove, chanson française ou bien forró…

Ils ont partagé une première fois la scène lors d’une soirée exceptionnelle qui devait marquer la réouverture de l’Estive, en décembre 2020. Intitulé On vous invite, ce concert – qu’ils ont finalement dû jouer sous le seul œil de la caméra – a semé des graines de joie, de fraternité et d’espoir au cœur d’une période déroutante.

Deux ans plus tard, neuf des musiciens alors présents se réunissent en collectif afin de poursuivre l’aventure et d’essaimer une musique qui leur ressemble: festive, généreuse et profondément amarrée à leur engagement artistique et citoyen.

Chacun·e a développé, depuis de nombreuses années, un univers riche et singulier.

Le chanteur Paamath et le guitariste Jean-Paul Raffit forment le duo Mburu : blues magique aux couleurs africaines faisant écho à la culture des griots. Le groupe Côco Praline, teinté de rythmes brésiliens et d’influences occitanes, revisite le forro traditionnel avec malice. Le guitariste et chanteur Rodrigue Bervoet use de sa langue imaginaire pour circuler entre les cultures et les genres, tout en poésie. Astrid Cathala et Gil Angelo Gazzoli évoluent là où le verbe chevauche la musique, à la croisée de la chanson réaliste, du blues, de l’électro et du théâtre.

Ensemble, ils rassemblent leurs notes et leurs mots ; ils vous donnent rendez-vous à la croisée de leurs chemins. Bienvenue dans l’Orri…

Avec Côco Praline (Marion Bedrede, Zoë Montagu, Pierre Lévy et Lucas Notaro), Rodrigue Bervoet, Astrid Cathala, Gil Angelo Gazzoli, Paamath, Jean-Paul Raffit

Dimanche 18 décembre 2022 à 17h à l’Estive — Scène nationale de Foix et de l’Ariège.

 

Jérôme.W©livingdeadpixel@gmail.com

Prendre corps | Projet fédéré autour de Karin Bernfeld

Outre ses travaux d’écriture, Karin Bernfeld a mené des entretiens privés démarrés au mois de mai dernier. Karin Bernfeld a été invitée par trois structures réunies à l’ADECC : Act’en Scène, l’Œil du souffleur et les Bazis, dans le cadre du projet culturel de territoire 2019 : Prendre corps.

Durant six semaines réparties entre avril et septembre 2019, Karin Bernfeld a rencontré des Couseranais de tous âges lors d’entretiens individuels. Un espace feutré pour un échange où il a été question du corps, de l’identité sexuelle, du genre… Ainsi s’est inventée une sorte de cartographie sensible : celle-ci a nourri son écriture, la faisant cheminer sur des terrains accidentés dont l’autrice est coutumière.

Bibliographie Plainte contre X, monologue théâtral, Éditions Hypathie/La Margouline, Déjouer les troubles alimentaires, Éditions J’ai-Lu Flammarion, collection Librio, Les portes de l’espérance, Éditions Flammarion, Alice au pays des femelles, Éditions Balland, Réédition PocheÉdit.J’ai Lu, Apologie de la passivité, Éditions Lattès– Prix Goya, Réédition poche Édit. J’ai Lu.

Autrice : Karin Bernfeld
Logistique du projet : Astrid Cathala, Anne-Claire Boisserand et Loïc Varanguien de Villepin
Production : L’Œil du souffleur édition et cie, Act’en scène, Les Bazis, L’ADECC, Communauté de Commune Couserans Pyrénées.


©Georges Pacheco
©Pascal Fellonneau

Territorii corpus | PERFORMANCE

 Créée le 17 septembre 2016 au Palais des Évêques – Musée départemental de l’Ariège/Saint-Lizier dans le cadre de l’exposition Anatomie des territoires (du 26 mars au 1er novembre 2016)

Organisée et co-produite par Les Abattoirs | FRAC Midi-Pyrénées 

Prochaine représentation :
12 novembre 2019 – programmée par Le Vent de signes à l’église Saint-Nicolas à Toulouse 

Cette performance, réalisée dans des églises, des abbatiales, des chapelles, des couvents, des cloîtres… offre aux spectateurs un regard singulier sur l’espace qu’il est amené à visiter. Ces lieux, sacrés ou désacralisés sont chargés de toute une symbolique et plonge le spectateur dans l’Histoire, celle du lieu et de ses pratiques.

Cette performance invite à réactiver l’imaginaire que charrient ces espaces. Prenant la forme d’un jeu, d’une enquête, un homme et une femme tentent de révéler les traces, les empreintes réelles ou phantasmées que suggèrent ces lieux.

Articulé autour du Stabat Mater d’Antonio Vivaldi chanté a cappella par un contre-ténor, les deux interprètes rejouent une liturgie grâce à des jeux de postures et de voix. L’espace est arpenté par les interprètes ; il est ainsi révélé dans ses moindres détails et dans ce qui fait sa spécificité.
Les corps sont alors emplis de la densité qu’inspirent les rituels remémorés et se plaisent à inventer les prolongements de la partition de Vivaldi. Les corps deviennent les supports permettant de rejouer les scènes sacrées, ancrées dans l’imaginaire collectif.

Les auteurs Annie Le Brun et Raymond Ferderman enrichissent, grâce aux deux extraits de textes lus durant la performance, notre perception du désir, de la mémoire et de l’évocation. Le corps des interprètes se fait média, berceau, relai d’un territoire dans lequel s’incarne les désirs d’histoires. Le volume du corps, son poids, son empreinte, ses souvenirs, ses blessures sont-ils autant de territoires abîmés, marqués, gravés, lisibles?

D’après le dictionnaire, l’anatomie est aussi bien la science qui a pour objet l’étude de la forme et de la structure des êtres organisés et celle des rapports des organes qui les constituent, que la forme extérieure du corps considéré sous son aspect esthétique ou athlétique.

Création et interprétation : Astrid Cathala et Loïc Varanguien de Villepin.
Coproduction Les Bazis/L’Œil du souffleur


©Ariane Ruebrecht
©Ariane Ruebrecht

Enivrez-vous !  | MUSIQUE ET TEXTES

Prochaine représentation :
Dates bientôt consultables… 

Enivrez-vous ! est une « forme concert », légère et autonome (sauf trop grands lieux). 

Des textes d’Aldous Huxley, Charles Baudelaire, Annie Le Brun, Marceline Desbordes Valmore, Alan Ginsberg, Jacques Prévert, Émilie Dickinson, les Écrits de Laure…

Des instruments (africain, indien, européen), des vocalises improvisées… ou pas.

Un mélange des genres et des mondes.

Une façon de faire entendre et «passer» des textes du patrimoine littéraire (poésie et littérature) passés ou actuels, et ainsi, de faire rayonner la langue et les écrivains.

Mélodies éclectiques pour voyage musical, en toute simplicité…

Participation du public possible si les lieux ont travaillé en amont. Des textes peuvent être déposés et peuvent être tirés au sort et mis en musique au moment de la représentation, qu’ils soient issus du répertoire ou écrits par les participants…

L’objectif étant de faire passer des textes aussi bien poétiques que philosophiques grâce à la musique, et d’étudier à quel point les résonances musicales permettent la réception de la pensée.

Avec : Astrid Cathala (textes et chant), Éric Périnet (tablas, udu, cajon, percussions) et Mahoi (n’goni, contrebassine, percussions)

Coproductions, soutiens et partenaires : l’Œil du souffleur éditions et cie, les Trois chaises, mairie de Massat, les Bazis, Act’en scène, l’Adecc, le Réseau de lecture publique…